Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de alain callès
  • Le blog de alain callès
  • : Articles et poésies. Point de rencontre pour les amoureux des mots et de leurs couleurs.
  • Contact

Profil

  • alain Callès
  • Publication de livres. "éclats de verre" préfacé et porté en scène par Claude Confortès. "Lettres au plus proche du feu" préfacé par Didier Daeninckx et illustré par Claude Gaisne. Des articles sur différents thèmes, de poésies (notamment
  • Publication de livres. "éclats de verre" préfacé et porté en scène par Claude Confortès. "Lettres au plus proche du feu" préfacé par Didier Daeninckx et illustré par Claude Gaisne. Des articles sur différents thèmes, de poésies (notamment

alaincalles

Recherche

14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 23:01
 

INTERVIEW


Des mots.

Que dire de plus

que ce qui est déjà écrit dans nos veines

d'où j'extirpe douloureusement mes mots.


Des mots.

Des mots pour la souffrance; des mots pour l'indicible.

Des mots posés comme une écharpe sur le cri

pour qu'il ne prenne pas froid.


Des mots vendus à la criée au bout de la jetée,

là où palpitent des navires prêts à fendre l 'écume

au dessus des abysses.


Des mots pour la tendresse dont nous habillons nos sourires édentés,

des mots pour la survie et l'amitié.

Des mots pour que l'espoir ne s'habille plus d'un préfixe.

Des mots pour le partage tranché avec le couteau de l'amitié.

Des mots pour ne plus surfer sur l'illusion du radieux à venir.

Des mots pour le rafiot que nous berçons en chantonnant.


Des mots pour la mort

qui habite les âmes des forçats de la sensibilité,

des mots poursuivis par la chaleur qui bouillonne

et étouffe les rêves d'enfants.

Des mots posés sur le vide,

des mots qui accrochent des regards émeraude

pour noyer la mer,

des mots qui cheminent sur le bord jamais recousu de la cicatrice,

des mots pour briser le silence

blanc comme le linceul des compagnons disparus,

ces forçats silencieux.


Des mots pour des futurs enfin inconditionnels,

des mots pour tendre des moignons d'espoir vers le soleil.


Des mots au rythme infernal de roulements de train

sur les rails des condamnés à la blanche,

des mots à l'arme blanche

pour supporter

la fraternité des fusillés fauchés en 36 en 36

et le coup de grâce aux trahis de 38

de 38


Des mots pour l'espoir espagnol

qui ploie sous la muleta,

Des mots pour l'attente de Manuel de Falla.


Des mots pour l'attente

du passeur, des mots

au delà du silence

du maquis nocturne,


Des mots comme des crochets de musique

suspendus aux étoiles de nos nuits.


Des mots pour l'intime, exposé, froid,

emmuré par l'insupportable des autres,

des mots écorchés aux fils barbelés des cicatrices,

des mots de désir échoués sur les récifs,

des mots comme des peaux retournées au bord salé

des larmes,

des mots brisants comme l'éclat de rire

d'une feuille d'humour glissée à la commissure des lèvres

d'une vague de désirs flottant mollement

sur les rides du temps.

Des mots pour la solitude qui navigue sur ses noyés,

des mots des soirs d'ivresse quand l'écume glisse entre les doigts

trop longs de l'âme fendue au dessus des abysses,

des mots à la marge pour les cormorans

qui courent après les notes du vent

et des corps mourants poursuivis par le cri du croque-notes.


Des mots pour des trous sans bord

des mots pour toi qui sait dans ta chair

la blessure du soleil

et le visage desquamé par l'acide,

des mots extirpés de la haine,

des mots contre le mortel ennui.


Des mots pour mettre des guirlandes au silence des taiseux,

vertige sans oubli du buveur d'âme

accroché au dessus du vif.


Des mots d'humour, éclats de survivre,

soupir du mourir.

Des mots pour teindre les poumons

des nuits brisées,

des mots pour la fraîcheur du crépuscule

qui fond sur le sable chaud.


Des mots pour survivre,

des mots de marge,

blottis entre cendres noires et braises rouges.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

carine-Laure Desguin 26/01/2010 21:38


Alors alain, un petit poème s'il te plaît...Bravo pour ton pragmatisme télévisuel !
Carine-LAure Desguin


carine-Laure Desguin 21/12/2009 19:40


Bonsoir Alain, je passais par ici et je te fais un petit "coucou"; je reviendrai car tous ces mots-là, forts et vrais me parlent beaucoup...Carine-Laure Desguin ( auteur chez CDL )


alain Callès 23/12/2009 14:54


Bonsoir,
Merci, c'est bien gentil de ne pas laisser mon blog dans la solitude au milieu de la foule et des lampions de la fête.
Tiens, je te raconte l'histoire de ce texte : j'enregistrais une émission pour la télé chez moi (elle passera le 6 janvier sur TMC) et le journaliste me demande de me "mettre en situation" en face
de mon micro. Je me suis exécuté et, pour ne pas rester inactif, j'ai commencé à mettre des mots sur l'écran. Ces mots sont "extraits" de ceux que j'utilise lors des dédicaces pour mon livre. J'ai
enregistré ce que j'avais écrit et, dès que les journalistes sont partis je suis retourner malaxer, trier et poursuivre ce que j'avais écrit. J'ai alors intitulé de texte "Interview". Lors d'une
interview, et celle-ci a duré 3 heures, on est extrêmement "tendu sur un fil rouge" pour être le plus aiguisé possible tout en contrôlant un maximum afin d'éviter tout dérapage. C'est très
agréable, cette adrénaline.
Un mois après je rencontre l'éditeur "le nouvel Athanor" au salon des éditeurs du 6ème arrondissement de Paris où j'avais été invité par "les Ateliers de l'agneau" qui ont retenu quelques uns de
mes textes pour leur revue sur le thème "le corps, encore". Suite à notre rencontre, j'envoie au "Nouvel Athanor"quelques textes et, une semaine après, ils m'ont appelé, avec insistance, pour
retenir "Interview" pour leur édition prévue dans le cadre du "printemps des poètes".
Voilà l'histoire de ce texte.
bizzzzzzzzzzzzz
Alain