Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de alain callès
  • Le blog de alain callès
  • : Articles et poésies. Point de rencontre pour les amoureux des mots et de leurs couleurs.
  • Contact

Profil

  • alain Callès
  • Publication de livres. "éclats de verre" préfacé et porté en scène par Claude Confortès. "Lettres au plus proche du feu" préfacé par Didier Daeninckx et illustré par Claude Gaisne. Des articles sur différents thèmes, de poésies (notamment
  • Publication de livres. "éclats de verre" préfacé et porté en scène par Claude Confortès. "Lettres au plus proche du feu" préfacé par Didier Daeninckx et illustré par Claude Gaisne. Des articles sur différents thèmes, de poésies (notamment

alaincalles

Recherche

/ / /

 L'annonce de condamnations pour "outrage à drapeau" a suscité ce texte, le jour même

AC

 

LE DRAPIAU

 

Le drapeau, ce fichu militaire posé comme une burka

sur la peau des morts,

Ce morceau de tissu tricolore couvre

d'un voile de silence les ors présidentiels.

Cet habit des soumis et des conformes

leur cache la vue des sans droits

et des errances aux marges républicaines.

 

A l'ombre des drapeaux et des clairons,

des Marseillaises s'époumonent

sur des seins étoilés et des poitrines tricolores

gonflées de décorations, ces fruits du silence

et des hontes ravalées.

 

A l'ombre du chant du drapeau,

des cervelles froides comme l'acier

canonnent un oubli d'assassin.

 

A l'ombre du cri du drapeau,

des yeux délavés par la haine

ignorent le chant lugubre

des matraques et des os éclatés,

des visages énucléés.

A l'ombre du drapeau, la police

a toujours raison sur son terrain.

 

A l'ombre du silence du drapeau

poussent des doigts crochus qui déchirent le triptyque

au fronton des mairies

et repoussent, dédaigneusement,

les hardes des manants.

 

A l'ombre du drapeau,

les hobereaux de la République

oignent leur beauté

des flagorneries d'un peuple

bavant devant l'uniforme du pouvoir,

figé dans un garde à vous où la fierté

sert de brosse à reluire.

 

A l'ombre du drapeau,

la police du Vel d'Hiv arbore à l'épaule

la fourragère de l'oubli

et des boucheries

nationales.

Bleu pour la mer, blanc pour l'été,

rouge pour les menstrues,

c'est le chiffon à la mode

pour essuyer les sales rides de l'histoire.

Partager cette page

Repost 0