Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de alain callès
  • Le blog de alain callès
  • : Articles et poésies. Point de rencontre pour les amoureux des mots et de leurs couleurs.
  • Contact

Profil

  • alain Callès
  • Publication de livres. "éclats de verre" préfacé et porté en scène par Claude Confortès. "Lettres au plus proche du feu" préfacé par Didier Daeninckx et illustré par Claude Gaisne. Des articles sur différents thèmes, de poésies (notamment
  • Publication de livres. "éclats de verre" préfacé et porté en scène par Claude Confortès. "Lettres au plus proche du feu" préfacé par Didier Daeninckx et illustré par Claude Gaisne. Des articles sur différents thèmes, de poésies (notamment

alaincalles

Recherche

/ / /
Ce texte a été écrit pour mes amis Kurdes, lors du Newroz de mars 2009 et je l'ai lu aux milliers de Kurdes présents à l'occasion de cette fête qu'ils célèbrent depuis des millénaires, bien avant les conquêtes militaires et/ou religieuses actuelles. C'est une fête païenne de Nouvel an (21 mars) et c'est leur plus grande fête.
En turc, "SUSMA" signifie "Ne te tais pas". "La femme c'est la liberté secrète dans le jardin" est le slogan du Newroz à Dyarbakir qui regroupait, sous très haute surveillance militaire (char, hélicoptères, etc;) le Newroz en 2003.
AC
 

SUSMA

 

Ne te tais pas,

La femme c'est la liberté secrète dans le jardin,

Un rire d'enfant qui résonne dans les montagnes

Un fusil qui arraissone l'oppression vêtue de kaki,

un poème de Nazim Hikmet qui déchire le voile noir

posé sur le cri tendu au delà des barreaux

qui encagent l'espoir.

 

Ne te tais pas,

La liberté secrète c'est la femme dans le jardin,

Un sourire partagé par les regards

qui se croisent dans les rues de Derik,

mains tendant des olives au creux du partage

à la chaleur du feu du Newroz

et des danses de toutes les couleurs.

 

Ne te tais pas,

La femme c'est la liberté secrète dans le jardin,

Des habits jaune, rouge et vert

pour réchauffer l'histoire endormie

au sombre de l'Anatolie,

Des rochers qui dégorgent des vagues

pour submerger les rues de Diyarbakir

à l'ombre de remparts dressés

pour contenir la douleur qui suinte

de l'âme kurde tournée vers les jours qui s'allongent.

 

Ne te tais pas,

La liberté secrète c'est la femme dans le jardin,

Le vent se lève et attise la passion

qui brule sous les siècles de répression,

le vent caresse les blessures et adoucit la nuit

si dure aux hommes dans ce pays

où les rivières sans pluie

coulent infatigables

neige fondue entre les rives de l'ennui.

 

Les hommes mal rasés dans les jardins humides

assèchent d'une pichenette les fruits des solitudes,

La peau des rochers se couvre de mousse

et amortit les blessures des chants édentés par les matraques.

Les flammes de Newroz vacillent aux vents de la mitraille

gorge ouverte au bout des femmes,

là où palpitent les bourgeons des amours de montagne.

 

Ne te tais pas,

La femme c'est la liberté secrète dans le jardin.

Susma,

Baris solemine hos ge...

Kadim orgürlugun gizli bahcesidir...

Partager cette page

Repost 0