Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de alain callès
  • Le blog de alain callès
  • : Articles et poésies. Point de rencontre pour les amoureux des mots et de leurs couleurs.
  • Contact

Profil

  • alain Callès
  • Publication de livres. "éclats de verre" préfacé et porté en scène par Claude Confortès. "Lettres au plus proche du feu" préfacé par Didier Daeninckx et illustré par Claude Gaisne. Des articles sur différents thèmes, de poésies (notamment
  • Publication de livres. "éclats de verre" préfacé et porté en scène par Claude Confortès. "Lettres au plus proche du feu" préfacé par Didier Daeninckx et illustré par Claude Gaisne. Des articles sur différents thèmes, de poésies (notamment

alaincalles

Recherche

/ / /

Le 15 janvier

Ouate.

Ouate mouillée,

squelette décharné comme un chien trempé.

Ouate blafarde d'un petit matin qui reste au lit.

Cri noyé, sans bulle.

L'eau se referme silencieusement sur son trou.

Ah, s'endormir paisiblement,

dans un cercueil chauffé, pour ne plus prendre froid.

Reste l'âme, esseulée, dans les courants d'air.

Un vent froid balaie le champ d'naviots.

Ce matin, je suis allé à la cérémonie de l'enterrement de Tignous à Montreuil, dans ma ville. Son cercueil est passé sous mes fenêtres, précédé de motards aux sirène hurlantes. Il devrait s'en retourner dans son cercueil. Le corbillard ne bouge pas. Tignous est réellement mort.

« De la musique avant toute chose ». Puis, discours sans âme d'un maire qui n'a ni compris ni senti le monde de l'insolence. Un curé marxiste qui récite qu'une de ses ouailles est morte. C'est son discours qui est mort. Mots-bulles de poisson froid.

Alevèque se déchaîne et monte Bellacio contre la pluie froide qui tombe mollement. Paradoxe, Tignous, au surnom catalan, est accompagné par un chant italien. Cela aurait pu être « l'estaca ». Reste à Teigne le pugnace du chant, sa joyeuse fermeté qui va caresser les nuages, c'est l'essentiel.

Christiane Taubira, à la sensibilité aiguisée comme la lame d'un poignard nous perfore le cœur, son intelligence concentre notre sang et nous remplit de chaleur. Humaine, simplement ; et au cœur du vif. Pas un papier, pas une note. Les mots de son âme dansent autour de nous. Mots de femme, flamme.

Les aiguilles du temps ont froid.

Longue attente, puis sortie de la mairie du cercueil. Une haie de flics hyper équipés, comme si le cercueil allait exploser !

À nouveau les motards pour précéder le cercueil. Être accompagné jusqu'à la tombe par des flics, drôle de destin pour un journaliste de Charlie...

Ma jeunesse est morte définitivement aujourd'hui.

Partager cette page

Repost 0
alain Callès